Retour page précédente
Notre élite au service de la vôtre

 

                   

-----------------------------------------------------------------------
La voiture sans conducteur — Intéressant mais évitons de mettre la charrue avant les bœufs!


Les avantages


S’il fallait tout dire sur cette voiture intelligente, le présent article serait interminable. Aussi, nous en tiendrons-nous à quelques points que nous jugeons importants.
Inutile de rappeler de quoi il s’agit. Nous savons tous qu’il suffira de dire à notre quatre-roues du futur où elle doit nous conduire et elle s’y rendra sans aucune anicroche au Code de la route, en optimisant le trajet à effectuer et en s’arrêtant à l’endroit souhaité, en autant que la réglementation le permette. Elle reviendra chercher son propriétaire à l’heure commandée par celui-ci et se chargera elle-même de se trouver une place de stationnement autorisé.
Fini le temps perdu à tourner en rond à la recherche d’une place de stationnement ou à se dégager d’un embouteillage ! Fini le temps des queues de poisson ! Fini le temps où l’on devait toujours surveiller, en plus de sa gauche, sa droite au cas où une voiture doublerait du mauvais côté !
Les contraventions pour infraction au Code de la sécurité routière disparaîtront.
Bref ! Détente et liberté sont retrouvées. Pendant que notre quatre-roues roule et calcule, le « conducteur qui ne l’est plus » peut s’occuper à quoi bon lui semble. Assis, il peut admirer le paysage s’il est en promenade. Il peut regarder un film ou lire sans avoir à s’inquiéter de ce qui se passe dehors, sur la route. Le parcours est long ? Une mauvaise nuit ? Il pourra prendre un peu de repos et dormir durant le trajet. Rien ne s’opposera à ce qu’il commence sa journée de travail en se connectant à distance à son bureau : répondre à des courriels, en envoyer, participer à une vidéoconférence, etc.
Le quatre-roues devenu une extension du bureau ? Pourquoi pas ? 
Pas uniquement une extension du bureau. Équipée comme il se doit, la voiture sans conducteur peut aussi devenir une extension du domicile.
Songez-y! En cas de confinement forcé, le travail à distance à partir du domicile ou de la voiture ne posera pas de problème. La seconde option comporte même quelques avantages supplémentaires : imaginez les enfants jouant au parc et vous, dans votre bureau mobile, pas loin...
Que de temps gagné qu’on peut désormais utiliser autrement ! et le temps, c’est de l’argent, n’est-ce pas ?
Les véhicules seront programmés pour ne jamais manquer une révision, un changement de roues avant la date limite. Ils s’auto-diagnostiqueront régulièrement entre deux visites au garage pour prévenir les pannes précoces.


Sécurité versus profits


Les imprévus ne seront plus que le fait de dame nature ou de la négligence de tierces parties : piétons imprudents,  travaux sur la route mal sécurisés. Malgré tout, l’ordinateur de bord sera en mesure de détecter le danger à temps. Mais saura-t-il prendre toujours la meilleure décision ? Tout dépendra des concepteurs de sa programmation. Auront-ils prévu tous les cas possibles et imaginables incluant les moins probables ?
L’intelligence de l’ordinateur de bord relevant tout de même de l’intelligence artificielle, la voiture sans conducteur apprendra par l’expérience ce que le concepteur n’a pas introduit dans ses algorithmes initiaux. Qui fera les frais de ces expériences ? Mieux vaut donc s’assurer qu’un maximum de cas a été envisagé — pas uniquement les plus fréquents. Favoriser le profit au détriment de la sécurité… Non ! Jamais !

On reste connecté ! Oui, mais…


La sécurité informatique laisse également peser une sérieuse menace à moins de ne pas être connecté d’une quelconque façon à l’internet. Mais alors, notre quatre-roues perd beaucoup de son intérêt et de son efficacité. Donc, on reste connecté !
La sécurité informatique, à l’instar de n’importe quel aspect de la sécurité en général, n’est jamais garantie à 100 %. Hacker l’ordinateur de bord et détourner un véhicule de son trajet normal pour conduire Dieu sait où quatre-roues et occupants ? C’est très possible. Le conducteur humain devrait alors pouvoir reprendre le contrôle de son véhicule, quitte à le déconnecter. Les cas d’urgence sont aussi à prévoir. Créer un 911 indépendant de l’ordinateur de bord ?


Tout un environnement à préparer


Cependant, tout cela ne peut fonctionner que si l’environnement est prêt : état des routes, fiabilité des feux de circulation, clarté de la signalisation routière compte tenu des capacités de détection des capteurs du véhicule intelligent, robustesse des équipements de télécommunications…
Ajoutons à cela le strict respect des règles du Code de la route par tous les usagers (piétons, cyclistes, etc.), pour ne citer que ces éléments.


Refonte des institutions et des mentalités


Préparer le terrain sans tarder ! Faire face aux changements à tous les niveaux ! Repenser la législation ! Restructurer les institutions ! Apprendre à laisser le contrôle à une machine malgré les soubresauts de l’ego… Non ! Cela ne sera pas facile !
Les cours de conduite devront être maintenus : l’humain devra savoir tenir un volant dans les cas d’urgence.
Qui sera responsable en cas de problème ? L’ordinateur de bord ? Les concepteurs des logiciels de la machine ? Le fabricant des pièces ?
Bref, tout cela n’est pas facile à mettre en place et peut-être faudra-t-il attendre plusieurs années avant de pouvoir faire circuler la voiture autonome.


La circulation mixte — L’erreur à ne pas commettre


La circulation mixte est celle qui accepte sur les routes des voitures traditionnelles roulant à côté de voitures autonomes. Cela ne peut pas marcher. à moins de vouloir résoudre la quadrature du cercle. Trop d’impondérables, d’imprévus devront être… prévus. La quadrature du cercle !
De même, le contrôle ne devrait être rendu à l’humain que lors de situations exceptionnelles et seulement dans ces situations critiques : déficience ou  piratage de l’ordinateur de bord.


..

 

 

Retour page précédente

Copyright GROUPE INNOVAMBER INC. All Rights Reserved 2014 Powered by Intangible
..